.com, .fr, .net, .org, je réserve quoi ?
Cette question est récurrente quand on enregistre son nom de domaine pour son futur site internet.
Quelle est la meilleure extension ? Celle qui apporte le plus de visibilité ? Ou le plus de notoriété ? Faut-t-il toutes les réserver ?
TheWizAdviz vous dit tout !

Réfléchir à l’adresse de son futur site

Vous avez longuement tergiversé, interrogé votre famille, vos amis, éventuellement vos futurs clients, cherché sur le net, etc. et maintenant c’est fait.

Vous avez choisi le nom de votre entreprise !

À ce stade, si vous souhaitez créer un site internet pour la faire vivre sur le web, il va falloir enregistrer votre nom de domaine. Pourquoi ? Pour réserver son nom et son adresse sur la toile.

—> Pour vous aider avant de vous lancer, nous vous avons préparé une to-do-list à télécharger ici ! Toutes les bonnes questions à vous poser pour créer votre site internet.

Comment enregistrer un nom de domaine ?

Seuls les « register » ou « bureaux d’enregistrement » sont habilités à enregistrer votre nom de domaine. Ils vous proposeront probablement des services supplémentaires (hébergement du site, gestion des DNS, adresses électroniques personnalisées, etc).
N’hésitez pas à comparer les offres et les services et aussi (surtout !) l’accessibilité du service client.

Nous aimons par exemple Ionos et OVH pour la qualité de leurs services et leur réactivité, mais il en existe énormément.

Une fois que vous aurez choisi votre « bureau d’enregistrement », vous allez saisir le nom de domaine que vous souhaitez réserver. C’est à ce moment qu’on vous proposera ces fameuses extensions. Et sans informations cette démarche peut devenir un vrai casse-tête.

Votre future URL

Avant tout, pensez à votre futur URL (Uniform Resource Locator). C’est l’adresse virtuelle de votre société. Elle mérite autant d’attention et de critères que votre adresse physique.
Tout d’abord, il faut savoir que les URL de tous les sites présents sur internet sont composées d’éléments identiques :

  • le protocole d’accès (http:// ou https://). Il indique à votre navigateur par quelle méthode il faut lire votre site (protocole sécurisé ou non).
  • Le TLD (Top Level Domain) ou domaine de premier niveau. C’est la fameuse extension.
  • Le DNS (domain name system). C’est le nom que vous aurez choisi pour votre futur site.
  • Le sous-domaine : situé après le protocole d’accès, il permet de séparer votre site en plusieurs registres. Si www est le domaine principal le plus connu, un sous-domaine pourrait être blog.monnomdedomaine.fr par exemple.

Concrètement, ça donne :

Maintenant que l’URL n’a plus de secret pour vous, il faut choisir l’extension principale de votre future adresse web.

Quelle(s) extension(s) choisir et pourquoi ?

Entre .com ou .fr votre cœur balance ?

On vous comprend. Ce sont les deux extensions les plus couramment utilisées en France.

.fr une valeur sure

L’extension .fr dépend de l’organisme de contrôle AFNIC. Elle s’adresse aux entreprises immatriculées dans l’Union Européenne qui visent une audience française.

Si vous cochez ces critères, vous pouvez choisir cette extension.

C’est une extension country code top level domain : ccTLD, spécifique à son territoire géographique, en l’occurrence la France.

Le principal avantage est qu’une extension nationale aura tendance à être mieux référencée par les moteurs de recherche. Google par exemple prend en compte le critère de géolocalisation quand il vous propose des résultats. Avec cette extension – en étant sur le territoire français – vous aurez plus de chance de vous positionner en haut du tableau.

Cette extension est également gage de respectabilité. Sa notoriété bien établie apporte un sentiment de sécurité et de proximité avec votre internaute francophone.

Autre avantage – non négligeable dans la tendance actuelle du « made in France » – cette extension peut s’avérer un excellent choix dans le cadre de votre stratégie de marque.
En effet, si vous commercialisez des produits français destinés au territoire national, ne cherchez plus, c’est une URL en .fr qu’il vous faut !

A l’inverse, si vous souhaitez vendre des produits dans le monde entier, passez votre chemin.

.com la plus courante

Les 3/4 des URL utilisent cette extension. Gérée par l’ICANN, elle était au départ réservée aux sites commerciaux. Aujourd’hui ce n’est plus son principal critère de sélection. L’extension .com est une extension générique (gTLD), comme les .net, .org ou .io.

Une extension en .com est le choix idéal si vous souhaitez vendre vos produits à l’international. C’est la panacée si vous souhaitez traduire votre site en plusieurs langues car il vous suffira de créer un sous-domaine selon chacune d’elles. Par exemple : en.monnomdedomaine.com pour l’anglais ou fr.monnomdedomaine.com pour le français. Cette méthode, en plus d’être simple, est économique car vous n’avez pas à acheter une extension par pays.

Côté référencement naturel, l’extension .com n’a pas d’influence dans les résultats de recherche. Cependant, et vu le nombre de sites qui l’utilisent, il sera difficile de vous démarquer de la concurrence.

Les extensions « explicites » 

Je les appelle ainsi car elles permettent à votre internaute d’avoir une idée assez précise de ce que vous proposez à la simple lecture de votre URL. 

Dans cette catégorie je classe les .org, .net .io ou .info, des extensions courantes qui peuvent contribuer à votre image de marque et optimiser votre référencement.

.org pour les associations

Vous voulez créer un site web pour une association ou une activité à but non lucratif ? Optez pour le .org qui signifie organisation.

io pour les start-up

Si votre futur site est une application, une plateforme de jeu en ligne, une start-up ou quoi que ce soit en rapport avec les nouvelles technologies, l’extension .io est faite pour vous ! Io est l’acronyme d’Inpout/Outpout et comme cette extension est peu utilisée – même si elle existe depuis plus de 20 ans – vous aurez plus de chance de pouvoir déposer votre nom de domaine avec cette extension qu’avec un .fr ou .com.

En plus, elle est ludique et permet de nombreux jeux de mots !

.net pour network

Créée à l’origine pour les activités dédiées à internet, cette extension est aujourd’hui plutôt utilisée en remplacement du .com s’il est déjà utilisé.

Il véhicule une image innovante et résolument tournée vers le business en ligne.

.info pour les sites dédiés à l’information

Cette extension est toute trouvée si vous créez un site pour un office de tourisme, une ambassade ou un site dédié à l’information en général.

Elle est surtout utilisée par les européens, notamment en Angleterre, en Allemagne ou encore en France.

Les extensions thématiques

Impossible de les dénombrer tant il y en a !

.dev, .health, .blog, .photo, .paris, .immo, .nyc, .art, .cafe…

Les extensions thématiques sont elles aussi extrêmement explicites et contribuent à l’optimisation de votre référencement sur les moteurs de recherche. Encore faut-il trouver celle qui correspond à votre secteur ou vos produits.

Si par exemple vous souhaitez vous développer localement, choisissez une extension qui porte le nom de votre ville, cela peut vous apporter de la visibilité.

Attention toutefois, car, comme ces extensions sont peu connues, elles peuvent rendre certains visiteurs méfiants par rapport à la sécurité de votre site. Ça peut être un frein, notamment si vous avez un site e-commerce.

Faut-il réserver plusieurs extensions ?

Faut-il acheter toutes les extensions proposées par mon bureau d’enregistrement ? Est-ce qu’elles protègent ma marque contre une utilisation malveillante ?

Premier arrivé, premier servi

Il faut savoir qu’en matière de nom de domaine la règle en vigueur est celle du «  premier arrivé, premier servi ». Du coup, des petits malins enregistrent des noms de domaine dans le but de les revendre, souvent à prix d’or : c’est le cybersquatting. Ces petits malins peuvent très bien enregistrer votre marque dans des extensions que vous n’avez pas encore réservées…

Pour récupérer votre nom de domaine, les procédures judiciaires sont souvent longues et fastidieuses. Car, en plus des risques d’image ou de notoriété, elles engendrent des pertes de visibilité. C’est pourquoi la plupart des grandes marques enregistrent le même nom de domaine avec de nombreuses extensions afin de se protéger.

Au moins deux extensions

Pour protéger votre marque contre le cybersquatting vous pouvez enregistrer le même nom de domaine avec différentes extensions.

Dans l’exemple ci-dessous, avec le nom de domaine « choisirextension », il est possible de réserver .fr, .com, .org, .online, .co, etc.

Il va de soi que plus vous réservez d’extensions, plus votre nom de domaine sera protégé. Mais cette opération a un coût.

Selon vos objectifs et la réflexion que vous aurez menée pour le choix de votre extension principale, nous vous conseillons d’en enregistrer au moins deux, dont le .com.

Vous l’aurez compris, choisir son(ses) extension(s) fait partie intégrante de votre stratégie digitale et mérite autant d’attention que le choix de votre nom de domaine.

 

 

Vous avez un doute ? Posez-nous vos questions, nous sommes à votre disposition ! Réservez votre consultation téléphonique gratuite !

Pin It on Pinterest

Share This