Faire simple c’est toujours très compliqué… Un site web simple, ça l’est aussi. Vous nous connaissez, chez TheWizAdviz, notre devise c’est « simple is smart ». Et ce n’est pas juste pour faire joli que nous l’avons adoptée. C’est parce que nous sommes intimement convaincues que la simplicité est un art (oui, oui !) difficile à maîtriser mais redoutablement efficace !

Comme disait Nicolas Boileau « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ». Dans la communication, la simplicité est le sésame qui ouvre les portes de vos clients. Vous pouvez faire le métier le plus technique, complexe ou ésotérique qui soit, si vous parvenez à l’expliquer simplement, vous aurez gagné l’attention de votre auditoire.

Pourquoi c’est compliqué de faire simple ?

Parce qu’on a envie d’en faire plus pour convaincre, d’en donner trop, de tout expliquer, de tout dire…

Pour convaincre, on a l’impression qu’en donnant tous les arguments d’un coup, on arrivera à lever toutes les objections d’un coup. D’ailleurs, si vous avez des enfants, vous avez déjà dû observer à quel point ils sont créatifs pour trouver une montagne d’arguments destinés à vous faire céder…

Nous sommes tous des poissons rouges

C’est un fait, nos cerveaux sont plus à l’aise avec les notions simples et connues, auxquelles on peut facilement se raccrocher, qu’avec des informations complexes, partielles ou multiples.

Si vous voulez que vos clients comprennent ce que vous pouvez faire pour eux, il faut le leur dire clairement et ne pas leur demander d’imaginer.

Faites le test en naviguant sur les sites de vos concurrents : est-ce qu’ils se contentent d’énumérer la longue liste de leurs produits et expertises ou est-ce qu’ils montrent comment vous pouvez vous en servir ? Dans quel cas vous sentez-vous concerné ?

D’autre part, notre capacité d’attention est passée de 13 à 8 secondes en quelques années. Ce qui veut dire que le temps que nous pouvons consacrer à comprendre une notion, un discours, un service est encore bien moindre. Vous n’avez pas de temps à perdre pour convaincre, il faut aller droit au but !

La plupart d’entre nous reçoivent plus de 100 mails par jour et 70% d’entre eux sont lus dans les 6 secondes ! Sur-sollicités, nous sommes devenus de vrais poissons rouges. Il n’y a aucune chance que nos cerveaux retiennent une longue démonstration ou une suite de chiffres sans fin.

Pour comprendre la diminution de notre capacité d’attention, l’excellent livre de Bruno Patino « la civilisation du poisson rouge ».

Pour un site web simple et efficace : Unique Selling Proposition

Alors comment faire pour capter l’attention de notre client idéal constamment sur-sollicité et le nez sur son smartphone ? Lui simplifier la vie et la compréhension. Simplifier la vie de vos clients doit devenir votre seul et unique préoccupation.

Et pour y arriver, il faut garder en tête le principe de base de la communication efficace : un seul message.

Un post = un objectif, une cible, un message et donc un seul appel à l’action. Choisissez une info et une seule : c’est ce qu’on appelle l’USP (unique selling proposition)

Gardez le reste pour plus tard.

C’est exactement la même chose pour une page web, un email promotionnel, une newsletter, une vidéo, une room ClubHouse ou un article… Un seul sujet et on le traite à fond. Vos clients vous diront merci ! Et Google aussi…

Pour vous différencier de vos concurrents et emballer vos prospects, n’essayez pas d’être le meilleur, essayez d’être différent.

Tout l’objet de votre communication va être de mettre en avant un bénéfice unique qui justifie à lui seul d’acheter votre produit.

5 conseils pour faire un site web simple et aller à l’essentiel

Faire simple : plus facile à dire qu’à faire, pensez-vous ! Pas du tout. C’est une compétence qui s’acquiert et se travaille, ni plus ni moins.

Souvent, lors des premiers rendez-vous avec nos clients, ils ont envie de nous expliquer tout ce qu’ils font, en détails, avec les variantes, la version standard et la version sur-mesure, les cas particuliers, les sous-catégories, les options, etc. Et notre principal travail avec eux consiste à structurer, simplifier, sélectionner pour ne pas tout dire mais se concentrer de manière efficace sur un minimum d’éléments. Moins il y a de messages, plus le discours est clair et pertinent.

Un exemple ? « Darty, le contrat de confiance ». L’enseigne ne parle ni de ses produits, ni de technologie, de modèle, d’options ou de quoi que ce soit… La seule chose sur laquelle elle pointe le doigt est un bénéfice majeur, valable sur tous les produits. Surtout, un bénéfice unique.

Conseil n°1 : Simplifier l’idée pour capturer !

Il n’y a rien de plus efficace qu’une grande idée exprimée avec simplicité. L’idéal est de penser sa marque/son produit/son service avec l’exigence de l’évidence. Une idée qui n’est pas comprise instantanément n’est pas une bonne idée.

Oubliez de parler de vous, de votre produit ou service, même si c’est une prouesse technologique ou qu’il vous a fallu des années pour développer votre compétence. Cela vous évitera de tomber dans le piège de la complication. Pensez « bénéfice client first ».

Un exemple flagrant, c’est celui de Steve Jobs pour le lancement de l’Ipod en 2001. Ce jour-là, il tient dans la main un véritable bijou de technologie qui a demandé des milliers d’heures de recherches et développement, des tests à la pelle et des litres de sueur de la part de ses équipes. Comment il présente cette petite prouesse ? Il annonce simplement : « cet appareil c’est 1000 tubes dans ta poche ».

Simple et efficace. L’audience est captée.

Pour voir la vidéo :

Autre avantage de la simplicité : vous êtes authentique ! Quand on tourne autour du pot, quand on n’arrive pas à exprimer les bénéfices de notre solution, c’est bien souvent que ce n’est pas clair pour nous ou qu’on y croit pas vraiment…

Vous l’aurez compris : simplifier le message n’est pas le minimiser. Bien au contraire : ça le rend percutant !

Conseil n°2 : Ecrivez avec une gomme

On lit 20% moins vite sur écran que sur papier. Et surtout, on ne peut pas poser son doigt sur l’écran pour marquer l’endroit où on en était. Pour aider les lecteurs, vous allez donc essayer de limiter tout ce qui ralentit la vitesse de lecture ou qui rallonge les phrases. Sur le web, une phrase est considérée comme longue si elle fait plus de 20 mots. C’est le moment où jamais de vous réconcilier avec la ponctuation et les mots de liaison !

Prenez-vous pour Stephen King ! Enlevez tous les adverbes et les adjectifs superflus. Idem, tordez le cou à toutes vos phrases à la voix passive : elles demandent un effort de compréhension au cerveau. Enfin, respectez les distances de sécurité avec tout ce qui ressemble de près ou de loin à du jargon, ces mots ne parlent qu’aux experts. Si vous utilisez des mots techniques, vous devez les expliquez en rappelant leur définition.

Besoin de conseils pour soigner la lisibilité de vos articles ? C’est par ici !

Conseil n°3 : Ecrire simplement, c’est bon pour le référencement

Quel que soit votre domaine d’expertise, il y a peu de chances que vos clients soient aussi experts que vous. Pour que vous apparaissiez dans les moteurs de recherche, il faut donc écrire et parler comme ils le feraient. A vous de trouver les expressions courantes qui sont utilisées pour parler de votre métier ou de votre produit et utilisez les à votre tour. Google fera le rapprochement pour vous !

Exemple : vous êtes coach spécialisé dans l’approche intégrative et relationnelle ? Ne le dites pas. Personne ne cherchera cette requête sur Google (si, vos confrères et concurrents). Utilisez le langage de vos clients, écoutez bien les mots qu’ils emploient quand il parlent de votre métier, de votre pratique. Ces mots seront vos mots-clé, vos lecteurs doivent les retrouver sur votre site. C’est comme un signe de bienvenue

Conseil n°4 : Choisissez des typographies faciles à lire

La simplicité, ce n’est pas seulement ce que vous dites (ou écrivez), c’est aussi la manière dont vous mettez en forme ces écrits. Les mises en page complexes et surchargées ou pire, monolithiques et monotones jouent aussi un grand rôle dans la compréhension de vos contenus.

Faire simple, cela ne veut pas dire faire simpliste. Bien au contraire ! En termes de design, faire simple c’est s’appuyer sur des principes universels mais très structurés.

Sur le web, par exemple, oubliez les typographies alambiquées qui brouillent le message et demandent un regain d’attention. Les typo très originales comme les scripts (qui ressemblent à une écriture manuscrite) ou les typo à empattement c’est joli, mais pas toujours facile à lire. Attention aussi aux polices qui n’existent qu’en majuscules ou qui n’ont pas de caractères accentués… Forcément à un moment vous en aurez besoin et ça va coincer.

Conseil n°5 : Soignez l’expérience utilisateur

Ce n’est pas parce que vous allez mettre des mots en gras, en souligner d’autres ou les mettre en couleur que votre pavé de contenu sera plus digeste. Bien au contraire…

Mettez du blanc, beaucoup de blanc autour de votre idée majeure. Vous ferez du bien à l’oeil et au cerveau de votre lecteur. 

Ne perdez pas votre internaute !

Limitez le nombre d’objets sur la même page pour permettre à l’oeil de votre lecteur de rester focus. C’est de cette façon que son cerveau ne sera pas totalement perdu sur votre page. On considère que l’on peut retenir 7 informations temporairement dans notre mémoire de travail. Si vous en mettez plus, les dernières effaceront les premières. Ce serait dommage non ?

Dans la même veine, limitez le nombre de call-to-action. Si votre lecteur se retrouve avec 5 boutons à cliquer sur une page, il ne saura plus où donner de la tête. Pour peu que chacun des boutons d’action renvoie vers un contenu différent, c’est la panique assurée.

Vous ne savez pas comment présenter une page internet pour qu’elle soit au top pour votre internaute ? Nous avons recensé 5 règles qui favorisent sa navigation 

Ça vaut aussi pour la vie réelle !

La simplicité, ce n’est pas que pour le web.

Les réunions d’entreprise ou rendez-vous clientèle qui s’éternisent avec des présentations de 75 pages… C’est juste chiant, vous ne trouvez pas ?

Pour passionner votre audience, replongez-vous dans le TEDx de David Phillips « death by powerpoint » : plein de conseils typographiques et structurels pour faire passer votre message sans faire périr d’ennui votre auditoire !

Autre astuce pour simplifier vos présentations Powerpoint. C’est la règle des 10/20/30 de Guy Kawasaki :

  • 10 slides
  • 20 minutes
  • 30 points pour la police.

Un site web simple ne veut pas dire simpliste…

Il y a un monde entre simplicité et simplisme ! Votre but sera atteint lorsque vous n’aurez plus rien à retirer pour que votre message soit intelligible.

Epurez, pour que l’image forte ressorte.

Le double C de Chanel est un exemple parfait : 2 initiales entrelacées, une typographie nette et sans fioritures, du noir et du blanc. Point. Les packagings sont exactement dans la même veine : un filet noir sur fond blanc, le logo au milieu et on n’en parle plus. Mais c’est toujours Chanel…

Nous avons encore quelques exemples qui montrent que plus c’est simple, plus c’est efficace. Vous connaissez certainement ces slogans qui disent tout en peu de mots :

  • Carglass répare, Carglass remplace (avec la petite musique en plus, tellement imprimée qu’on a du mal à se la sortir de la tête)
  • Si juvabien, c’est Juvamine
  • Dior, j’adore
  • Yes we can!
  • Just do it
  • What else ?

 

 

 

Vous trouvez ça difficile ? Vous n’avez pas le temps (ou l’envie !) de vous y pencher ? N’hésitez pas à nous contacter, nous pouvons vous aider. Profitez de nos rendez-vous conseil de 30 minutes offerts ! Il suffit de cliquer… Simple, non ?

Pin It on Pinterest

Share This